Culture sur butte

butte classique

La culture en butte. Une technique fondamentale en permaculture pour éviter le labour et limiter les arrosages.

La culture sur butte est un principe fondamental en permaculture. Ce système permet aux plantes de s’émanciper en économisant de l’eau, le tout sans le difficile travail de labourage. Regardez autour de vous, notamment sur les chantiers où des amas de terre se retrouve rapidement recouvert de végétation.

LA BUTTE COMME RÉGULATEUR D’HUMIDITÉ

L’humidité est régulée dans la butte. L’eau ne stage pas aux pieds des plantes, ce qui diminue les risques de maladies cryptogamiques et le pourrissement. De plus, l’eau reste enfermée dans la butte et ne s’évapore pas. Par leurs racines, les plantes vont chercher l’eau au fond de la butte.

Autre avantage notable, la terre qui forme la butte n’est pas tassée comme au sol. Ce qui permet aux plantes de se développer rapidement, les racines pénétrant le sol beaucoup plus facilement.

LES DIFFERENTS TYPES DE BUTTES

Réalisation d'une butte "classique". Une fine couche de terre légère sur de la terre plus compacte.

Réalisation d’une butte « classique ». Une fine couche de terre légère sur de la terre plus compacte.

La butte « classique »

– La butte classique consiste à assembler plusieurs couches de terre.

Déterminez la longueur de la butte sachant que sa hauteur doit se situer entre 80cm et un mètre. Creusez autour de la future butte une fosse et reversez la terre sur l’emplacement de la butte. La fosse servira à capter l’eau et préserver l’humidité autour de la butte. Vous formerez ainsi environ 80% de la hauteur de votre butte.

Des buttes "classiques" prêtes à l'emploi.

Des buttes « classiques » prêtes à l’emploi.

Munissez-vous d’un tamis pas trop fin et tamisez les restes de terre récupérés dans la fosse. La terre fine servira à combler les 15 derniers cm de la butte. Vous la mélangerez avec du compost ou du fumier composté. Remplissez la fosse avec les résidus qui n’ont pas traversé le tamis. Vous pouvez combler la fosse avec des morceaux de bois (branches), des cailloux ou du gravier.

Formez un creux au sommet de la butte pour inviter l’eau à y pénétrer au lieu de la contourner. Il vous reste à pailler votre butte et poser des pierres ou des branches qui empêcheront le vent d’emporter la paille. Arrosez pour « fixer » la butte.

Il faut savoir qu’avec le tassement naturel, votre butte perdra environ 30% de sa hauteur au bout de plusieurs semaines.

La butte de Sepp Holzer

La butte de Sepp Holzer

La butte en « Hugelkulture » de Sepp Holzer

– La technique mise au point par le fermier autrichien est l’une des plus performante en productivité et en durabilité. Elle est parfaitement adaptée pour la montagne.

La méthode consiste à empiler des materiaux bio-dégradables: troncs d’arbres, branches racines et arbustes, couche de terre herbacée retournée pour favoriser sa décomposition et non la repousse, puis une couverture de compost mûr qui accueillera confortablement les jeunes plants.

Le sol ainsi constitué sera aéré et permettra la libre circulation de l’eau et de la grande diversité d’êtres vivants. Les plantations y trouveront un lieu de croissance idéal, le sol grouillera de bactéries, champignons, protozoaires, nématodes, arthropodes, vers de terre, gastéropodes… le tout formant ce que l’on appelle un réseau alimentaire, les uns nourrissant les autres.
Les avantages de la butte hugelkulture sont nombreux ; l’obtention d’un sol aéré, sain, bien drainé, autonome en gestion d’eau, nutritif pour les cultures et une production biologique.
La méthode des buttes peut être déclinée sous de nombreuses formes pour obtenir le lieu le plus favorable aux plantations suivant les conditions du terrain pour la protection contre le vent, la gestion de l’érosion, l’irrigation, le partage de la lumière.

La butte de Philip Forrer

Réalisation collective d'une butte selon les techniques préconisées par Philip Forrer

Réalisation collective d’une butte selon les techniques préconisées par Philip Forrer

Il s’agit de creuser une tranché d’une dizaine de centimètres de profondeur sur 40 centimètres de large, y enfouir partiellement des troncs d’arbres, branchages divers, de combler les interstices avec de l’humus de forêt, saupoudrer de déchets de cuisine (végétaux), puis de recouvrir l’ensemble avec de la terre arable, sur une vingtaine de centimètres. Le tout est ensuite recouvert d’humus, puis de paillage (foins, paille, herbe, feuilles, épines de résineux) sur une épaisseur de 15-25cm. La fertilité (exceptionnelle) est ensuite garantie pendant 10 à 20 ans par la décomposition du bois et l’apport de paillage. Les troncs assurent aussi une rétention d’eau permettant de se passer totalement d’arrosage (sauf repiquages).

Butte Forrer

3 réponses à “Culture sur butte

  1. Pingback: Culture de la terre en synergie: introduction à la culture sur buttes | Alternative ↺ Autonomie·

  2. Je pense que la culture sur butte est avant tout une réponse à un problème (contrôle de l’humidité) et n’est pas une obligation. Cela dépend avant tout de votre sol et du climat. Si votre sol est drainant et léger, vous n’avez pas besoin de faire des buttes. Si votre sol est lourd et que vous avez beaucoup (ou trop peu) d’humidité, la butte est indispensable. Ce qui est fondamental avant tout, c’est la couverture du sol. Je suis donc d’accord avec cet article. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s